Accueil

je suis membre du CEREGE

L’INFLUENCE DE LA STRUCTURE D’ACTIONNARIAT ET DE GOUVERNANCE SUR LA RÉMUNÉRATION DU DIRIGEANT : CAS DES ENTREPRISES FRANCAISES COTÉES

Doctorant: 
EL GOLLI Ibtihel
Date de soutenance: 
Lundi, 19 Novembre, 2018
Directeur de thèse: 
Pascal BARNETO
Co directeur: 
Karima BOUAISS

Lieu de soutenance:

Résumé: 

Cette thèse s’intéresse à l’étude, dans le contexte français, de la rémunération du dirigeant dans les entreprises dominées par des actionnaires de contrôle. Nous avons, tout d’abord, tenté d’analyser comment la concentration de propriété des actionnaires de contrôle affecte le niveau de rémunération. Ensuite, nous avons essayé de comprendre l’incidence de la structure de gouvernance sur la rémunération du dirigeant. Puis, nous nous sommes intéressés au rôle des administrateurs externes joué dans la relation entre l’investissement en R&D et la rémunération managériale. Par ailleurs, nous avons cherché à explorer l’effet de la présence et du degré de contestabilité des actionnaires de contrôle multiples sur la rémunération du dirigeant. Enfin, nous avons examiné l’impact de la présence des problèmes d’agence sévères dans la relation entre les actionnaires de contrôle multiples et la rémunération du dirigeant. Les résultats empiriques obtenus dans cette thèse apportent de nouveaux éclairages sur un thème encore très peu abordé en France. Ils ont fait ressortir que la concentration de propriété ne favorisait pas l’augmentation de la rémunération du dirigeant, d’une part, et que la structure du conseil d’administration affectait la rémunération du dirigeant, d’autre part. De plus, il s’avère que le pourcentage des administrateurs externes dans le conseil exerce un rôle modérateur dans la relation entre l’investissement en R&D et la rémunération du dirigeant. Ces administrateurs sont capables de promouvoir ce type d’investissement à travers des plans de rémunération. En outre, la présence des actionnaires de contrôle multiples est très importante, dans le sens où ils défavorisent la spoliation des actionnaires minoritaires par l’actionnaire dominant. En effet, la contestabilité des actionnaires de contrôle multiples réduit le niveau de rémunération du dirigeant, considéré comme une forme de bénéfice privé. Enfin, la sévérité des problèmes d’agence entre l’actionnaire dominant et les actionnaires minoritaires accentue le rôle des actionnaires de contrôle multiples.

 

Mots-clés : rémunération du dirigeant, actionnaires de contrôle, actionnaires minoritaires, bénéfices privés du contrôle, pouvoir managérial, gouvernance d’entreprise, investissement en R&D, problème d’agence.

Résumé anglais: 

This dissertation deals with executive compensation in firms dominated by controlling shareholders in the French context. Firstly, we investigate the link between the ownership concentration and the CEO compensation. Secondly, we explore the impact of the governance structure on the level of the CEO compensation. Then, we examine whether the pourcentage of outside directors can play the role of moderator in the relationship between R&D investment and the CEO compensation. In addition, we search the effect of the effect of the presence and degree of contestability of multiple controlling shareholders on executive compensation. Finally, we analyse the influence of the presence of severe agency problems in the relationship between multiple controlling shareholders and executive compensation. Our empirical results provide new insights to a theme little discussed in the French context. We show that the concentration ownership did not favor the increase of the executive compensation, on the one hand, and that the structure of the board of directors affects the executive compensation, on the other hand. Moreover, it turns out that the percentage of outside directors on the board plays a moderating role in the relationship between R&D investment and executive compensation. These directors are able to promote this type of investment through compensation plans. Furthermore, the presence of multiple controlling shareholders is very important, in the sense that they disadvantage the spoliation of minority shareholders by the dominant shareholder. Indeed, the contestability of multiple controlling shareholders reduces the executive's level of compensation as a form of private profit. Finally, the severity of agency problems between the dominant shareholder and the minority shareholders increases the role of multiple controlling shareholders.

 

Key words: CEO compensation, controlling shareholders, minority sharehlders, private benefit of control, managerial power, corporate governance, R&D investment, agency problem.

 

Rapporteurs: 

Monsieur Pascal GRANDIN, Professeur, Université de Lille 2, Rapporteur

 

Madame Carine GIRARD , Professeur, Audencia Business School Nantes, Rapporteur

 

Suffragants: 

Madame Evelyne LANDE, Professeur, Université de Poitiers, Suffragant

 

Monsieur Fabrice HERVE, Professeur, Université de Bourgogne, Suffragant