Accueil

je suis membre du CEREGE

INSTITUTIONAL WORK PRACTICES TO FOSTER COLLABORATION IN INNOVATION ECOSYSTEMS:The cases of Sophia Antipolis and Tecnosinos

Doctorant: 
DE MATTOS ZARPELON Felipe
Date de soutenance: 
Lundi, 15 Juin, 2020
Directeur de thèse: 
Eric MILLIOT
Co directeur: 
Alsones BALESTRIN
Résumé: 

Les approches institutionnelles soutiennent un changement deperspective significatif dans le domaine des études sur l'innovation. Issu d'une tradition centrée sur l'entreprise discutant des capacités internes innovantes, la littérature sur l'innovation en vient à reconnaître un processus ouvert, principalement basé sur des relations interorganisationnelles. Dans ce changement de perspective, l'écosystème de l'innovation apparaît comme un concept capable de relier la performance innovante à l'ensemble des acteurs organisationnels et à leurs interactions dans un contexte d'éléments culturels, cognitifs et normatifs. Dans les limites de l'écosystème de l'innovation, la collaboration, en tant qu'interaction libre, récurrente et productive, gagne en importance en tant que dynamique centrale du développement technologique. Cependant, le comportement collaboratif nécessite le partage des structures, des normes et de la culture, et son développement dans l'environnement des écosystèmes d'innovation suscite encore une analyse plus approfondie. Le problème auquel cette recherche a cherché à répondre tient donc à la dynamique de promotion de la collaboration dans les écosystèmes d'innovation. L'articulation entre le travail institutionnel –perspective sur l'agence de l'individu dans le processus d'institutionnalisation –et leslogiques institutionnelles –perspective sur les dimensions qui soutiennent l'institution –a été utilisée comme lentille théorique de cette thèse. Afin d'atteindre les objectifs de recherche, une étude de cas multiple a été réalisée sur les écosystèmes d'innovation de Sophia Antipolis, en France,et de Tecnosinos, au Brésil. Comme résultat, la recherche apporte un cadre théorique et conceptuel et sixpropositions qui soutiennent la thèse selon laquelle les actifs relationnels facilitent la mise en œuvre de pratiques de travail institutionnelles qui favorisent la collaboration en tant que comportement organisationnel institutionnalisé dans les écosystèmes d'innovation. Les apports théoriques de cette thèse informent la littérature sur la propension à atteindre les résultats de l'inclusion du niveau d'analyse relationnel comme pont capable d'intégrer le travail institutionnel et les logiques institutionnelles. Cette thèse apporte des contributions managériales dans la mesure où elle informe les gestionnaires publics, les entrepreneurs et les chercheurs insérés dans les écosystèmes d'innovation sur les moyens de stimuler et de tirer parti des initiatives collaboratives. Enfin, cette thèse propose des suggestions pour des études futures.Mots-clés:Écosystèmesd'Innovation; Collaboration; Travail Institutionnel; Logiques Institutionnelle; Actifs Relationnels; Sophia Antipolis; Tecnosinos

Résumé anglais: 

Institutional approaches support a significant perspective shift in the field of studies of innovation. From a firm-centered tradition discussing innovative internal capabilities, the innovation literature comes to recognize an open process, primarily based on interorganizational relationships. Under this perspective shift, the innovation ecosystem emerges as a concept capable of relating innovative performance to the set of organizational actors and their interactions in a context of cultural, cognitive,andnormative elements. Within the limits of the innovation ecosystem, collaboration, as a free, recurring,andproductive interaction, gains prominence as the central dynamic for technological development. However, collaborative behavior requires the sharing of structures, norms,andculture, and its development in the environment of innovation ecosystems still instigates further analysis. The problem that this research sought to answer, therefore, considersthe dynamics of fostering collaboration in innovation ecosystems. The articulation between institutional work –perspective atthe agency of the individual in the institutionalization process –and institutional logics –perspective atthe dimensions that support the institution –was used as the theoretical lens of this dissertation. In order to achieve the research objectives, a multiple case study was carriedout covering the innovation ecosystems of Sophia Antipolis, in France,and Tecnosinos, in Brazil. As a result, the research brings a theoretical-conceptual framework and sixpropositions that support the thesis that relational assets ease the implementation of institutional work practices that foster collaboration as an institutionalized organizational behavior in innovation ecosystems.The theoretical contributions of this dissertationinform the literature on the propensity of reaching results from the inclusion of the relational level of analysis as a bridge capable of integrating institutional work and institutional logics. This dissertationbrings managerial contributions insofar as it informs public managers, entrepreneurs,andresearchers inserted in innovation ecosystems on ways to stimulate and take advantage of collaborative initiatives. Finally, this dissertation sets suggestions for future studies.Key-words:Innovation Ecosystems; Collaboration; Institutional Work; Institutional Logics; Relational Assets; Sophia Antipolis; Tecnosinos.

Rapporteurs: 

 

Madame Anne BARTEL-RADIC, Professeur, Sciences Po Grenoble

 

Madame Aurora ZEN, Professeur, Universidade Federal do Rio Grande

 

Suffragants: 

Monsieur André LE ROUX, Professeur, Université de Poitiers

 

Monsieur Thomas STENGER, Professeur, Université de Poitiers

Monsieur Diego MARCONATTO, Professeur, Unisinos Brasil

Madame Kadigia FACCIN, Professeur, Unisinos Brasil